Catégories
Alcool

LE MOIS SANS TABAC SE TERMINE, MAIS LE COMBAT CONTINUE !

Le mois sans tabac nous rappelle, si nous en avions besoin, que le tabac est très toxique pour la santé. Pour de nombreuses personnes, le mois sans tabac a été le déclencheur d’une démarche d’abstinence ou de réduction de consommation. Pour d’autres, cela a permis de réfléchir, mais pas encore de prendre la décision de se lancer. 

Voici quelques arguments supplémentaires pour vous aider à vous lancer dans la lutte contre votre tabagisme.

1°) LE TABAGISME EST TRÈS TOXIQUE SURTOUT EN CAS D’ASSOCIATION À L’ALCOOL

Le tabac est la première cause de mortalité évitable ; il s’agit donc d’un produit réellement très toxique. Mais, il faut aussi savoir que sa toxicité se potentialise avec celle de l’alcool. En d’autres termes, l’addition de ces deux produits (tabac + alcool) se traduit par une multiplication des risques (risque tabac X risque alcool). 

Cette potentialisation est démontrée pour de nombreuses complications : par exemple les maladies cardio-vasculaires (angine de poitrine, infarctus du myocarde), des maladies neurologiques (les accidents vasculaires cérébraux notamment), le risque de fibrose et de cirrhose du foie, et bien sûr pour de nombreux cancers. 

Comme exemple, et parce que ce chiffre est très spectaculaire, nous citerons l’augmentation du risque d’avoir certains cancers de la gorge en cas de consommation importante d’alcool et de tabac : ce risque peut être 150 fois plus important que celui des non-consommateurs. Cet impressionnant résultat nous permet d’introduire un autre élément important.

2°) LA TOXICICTÉ EST DOSE-DÉPENDANTE.

Cela est vrai pour les maladies cardiaques et neurologiques. De même, le risque de développer ou d’aggraver une bronchite chronique ainsi que pour le risque de faire des infections pulmonaires augmente avec les quantités fumées.

Cela signifie aussi qu’à chaque diminution de consommation tabagique, il y a un bénéfice attendu sur un problème de santé éventuellement connu, mais aussi sur tous les autres, même ceux qui ne sont pas encore déclarés.

Donc plus on fume plus on a de risque ; moins on fume et moins on a de risques.

3°) LA RÉDUCTION DE CONSOMMATION EST INTÉRESSANTE POUR CEUX QUI NE SONT PAS ENCORE PRÊT À L’ARRÊT

Ce message est très important, car il est parfois extrêmement difficile d’arrêter de fumer, voire même d’envisager d’arrêter de fumer. Dans ces conditions, il est bénéfique pour la santé de commencer rapidement par réduire sa consommation. L’arrêt viendra peut-être dans un second temps.

De toute façon, l’effet positif de cette réduction de consommation sera perceptible sur de nombreux organes et maladies. C’est donc très rentable, d’autant que de nombreux problèmes liés au tabac sont sous-diagnostiqués. Pourtant, pas encore de symptôme ne veut pas dire, pas de maladie débutante.

Par exemple, 75 % des bronchites chroniques tabagiques ne sont pas diagnostiquées, alors qu’il existe déjà des atteintes de la fonction respiratoire. Entre parenthèses, consultez votre médecin si vous souffrez au moins 2 mois par an de toux et de crachats (surtout matinaux), et ce, pendant au moins 2 ans de suite.

Cette réduction va aussi permettre une réduction du tabagisme passif

La fumée qui est inhalée et que l’on souffle ensuite est appelée « fumée primaire ». La fumée qui provient de la combustion naturelle de la cigarette qui se consume dans le cendrier est appelée fumée secondaire.

Cette fumée secondaire est celle qui est la plus toxique car elle contient beaucoup plus de particules très fines qui pénètrent plus profondément dans le système bronchique. D’ailleurs intuitivement, on le sent bien : c’est elle qui pique les yeux et irrite le nez. Cette fumée secondaire est la principale responsable du tabagisme passif et provoque donc toutes les complications du tabac, incluant le décès. 

Les risques majeurs du tabagisme passif chez l’enfant et le nourrisson peuvent se traduire par un accouchement prématuré, la mort subite du nourrisson, des otites récidivantes, ainsi que des crises d’asthmes et des infections respiratoires.

Évidemment les fumeurs souffrent aussi du tabagisme passif, provenant de leurs propres cigarettes ou de celles d’autrui.

Sachant cela, on peut se demander si fumer à la fenêtre, alors que la fumée rentre généralement à l’intérieur, est une précaution suffisante pour protéger son entourage ?

Là encore, vive l’abstinence ou au moins une réduction de consommation.

4°) LES BÉNÉFICES DE L’ARRÊT SONT RAPIDES

Et cela est vrai quel que soit l’âge de l’arrêt du tabac. Bien sûr, plus l’arrêt est précoce et plus on a de bénéfices. Cela est aussi lié au fait que la toxicité du tabac est dose-dépendante.

Dans le tableau qui suit, vous verrez que les premiers bénéfices se font ressentir dès les premières heures. Parfois il est difficile de les percevoir en raison de l’état de manque. Toutefois, celui-ci peut être largement compensé par l’apport de substitution nicotinique. Bien substituer, on se sent donc mieux dès le premier jour d’arrêt !!! 

8 heures à 72 heures après la dernière cigarette
La quantité de monoxyde de carbone dans le sang diminue puis se normalise.
Le risque d’infarctus diminue déjà +++
Les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée.
Le goût et l’odorat s’améliorent.
Respirer devient plus facile, les bronches commencent à se relâcher. 

2 semaines à 3 mois après la dernière cigarette
La toux et la fatigue diminuent.
On récupère du souffle. 
On marche plus facilement. 

1 à 9 mois après la dernière cigarette
Les cils bronchiques repoussent. 
On est de moins en moins essoufflé. 

1 an après la dernière cigarette
Le risque d’infarctus du myocarde diminue de moitié. 
Le risque d’accident vasculaire cérébral rejoint celui du non-fumeur. 

5 ans après la dernière cigarette
Le risque de cancer du poumon diminue presque de moitié. 

10 à 15 ans après la dernière cigarette         
L’espérance de vie redevient identique à celle des personnes n’ayant jamais fumé (si arrêt non tardif).

POUR CONCLURE : 

L’addiction à la nicotine est très forte, les sujets fumeurs sont souvent en souffrance et près de la moitiéd’entre eux souhaitent arrêter. Lancez-vous ! il existe de nombreux traitements qui diminuent les envies et qui permettent au moins une réduction significative. Parmi ces traitements les timbres, les pastilles, les gommes à la nicotine. Une pastille contient l’équivalent nicotinique d’une cigarette, donc préférez les premières pour un effet à peu près équivalent aux secondes. 

Ce qui freine souvent les fumeurs, c’est la fausse croyance que ce n’est pas possible pour eux d’arrêter. Dans ce cas, essayer de diminuer dans un premier temps, vous diminuerez les risques pour votre santé.

Parfois, c’est l’identité de fumeur que nous nous sommes attribués et que nous renvoient aussi les autres qui nous empêche d’avancer. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à changer d’identité pour devenir « UN DÉFUMEUR OU UNE DÉFUMEUSE ».

Enfin, il faut signaler le résultat très encourageant d’une étude effectuée sur près de 7000 fumeurs : l’arrêt du tabac rend HEUREUX. En effet les patients qui avaient stoppé devenaient plus heureux que ceux qui continuaient à fumer. N’est-ce pas un excellent argument pour s’y mettre sans plus tarder ? 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s