Catégories
Alcool

Quels bénéfices pouvez-vous attendre la modération des consommations d’alcool ou l’abstinence ? Après ce mois de janvier, février peut-il être un nouveau mois sobre ?

Pour de plus en plus de personnes, le mois de janvier est synonyme de sobriété : arrêt de toute consommation d’alcool ou du moins de diminution majeure de consommation.

Que peut-on attendre de ces efforts ? Bien sûr, cela va se traduire au long cours par une diminution de risque de survenue de nombreuses maladies et complications. Pour mémoire, l’alcool est responsable d’au moins 200 maladies et complications qui englobent des dommages aussi différents que la pancréatite chronique, la perte d’emploi, un trouble de l’érection.  

Mais, même s’il est réconfortant de limiter les risques de complications pouvant survenir dans 15 ans, il est motivant de constater la survenue rapide d’effets positifs qui vont nous encourager à poursuivre nos efforts. Et en effet, des effets positifs sont constatés dès les premiers jours.

Pour ceux qui avait une consommation sévère et qui l’ont stoppée, dès la première semaine, les signes de manque physique doivent disparaître. Il n’y a plus de sueurs ou de tremblements le matin, ni de nausées ou de vomissements. Il faut insister sur le fait que l’existence de ces symptômes est un indicateur de signe de dépendance physique et justifie de se lancer dans l’arrêt de l’alcool avec un aide médicale. En effet le sevrage en alcool lorsqu’il y a une dépendance physique peut exposer à des complications très dangereuses voire mortelles. Ces complications peuvent être évitées grace à une prescription adaptée et une surveillance médicale. Par ailleurs, si les symptômes cités persistent après 5 à 7 jours, ce n’est pas normal et il faut consulter.

De nombreux autres bénéfices surviennent dès les premiers jours et il est très important de les repérer car ils sont autant d’encouragements à poursuivre le travail commencé.

Physiquement

Nous avons déjà vu que la consommation excessive d’alcool donne volontiers des troubles du sommeil, avec notamment un sommeil moins récupérateur et donc une fatigue chronique. Ces signes sont rapidement réversibles et après 1 à 2 semaines d’abstinence, il y a déjà moins de fatigue et un meilleur réveil le matin. Pour une récupération totale, il faut parfois plusieurs mois, mais en finir déjà avec des réveils douloureux est une sacrée récompense.

Les troubles digestifs, qui sont fréquents en cas de forte consommation, disparaissent dès les premiers jours : arrêt des nausées quand il y en a, et éventuellement disparition des vomissements matinaux. Le transit avec des selles volontiers trop liquides (diarrhées ) revient en quelques jours à une consistance normale. Donc, très rapidement il y a l’impression que le corps fonctionne mieux et «sait se faire oublier».

Un autre effet positif important est lié à l’arrêt de la toxicité de l’alcool sur la peau. Parmi les nombreux effets négatifs cutanés de l’alcool, il peut y avoir une acné rosacée du visage, plus ou moins prononcée (avec des points rouges qui rappelle l’adolescence) et surtout une infiltration oedémateuse. Cette infiltration d’eau gonfle un peu le visage et certains patients se plaignent d’être « bouffis ». Enfin, on peut observer des modifications de cheveux qui deviennent plus fins et cassants. Dit comme ça, on voit bien que ces effets cutanés sont pénibles car ils touchent à notre image.

La bonne nouvelle, c’est qu’ils vont très vite diminuer et même disparaître en cas d’arrêt total de l’alcool. En quelques jours, le visage s’affine, la peau redevient lisse et le teint qui était brouillé s’éclaircit.

Psychologiquement

L’alcool provoque ou aggrave de nombreux problèmes psychologiques : manque d’envie ou d’élan, anxiété, stress, dépression. Là aussi, il faut du temps pour récupérer tout ce qui est lié à sa consommation, mais dès les deux premières semaines, l’amélioration est très sensible.

Quasiment tous les consommateurs témoignent après ce court délai qu’ils se sentent plus stable sur le plan émotionnel moins irritables, qu’ils ne sortent pas de leurs gonds pour un oui ou pour un non. Ils se sentent plus sereins face aux difficultés et du coup, sont plus à même et d’y faire face et de les aborder de manière adaptée.

Beaucoup nous disent : « sans alcool, je me remets la tête à l’endroit » ou « j’ai très largement amélioré ma qualité d’écoute et de compréhension ». Rapidement, les patients se rendent donc compte que l’ensemble de leurs compétences cognitives et intellectuelles reviennent à la normale. L’espèce de brouillard qui était responsable d’un flou intellectuel commence à se dissiper. Il lui faudra quelques semaines pour disparaître mais au bout d’un mois la récupération est déjà majeure.

Couple

Enfin, nous avons vu récemment que les couples dans lesquels il y a un des partenaires qui consomme, se comportent comme les couples avec conflits. Ceci se traduit par une qualité de vie altérée, avec disputes et irritabilité et dans leur sexualité par une vie sexuelle moins riche et moins satisfaisante. Plusieurs études montrent que l’arrêt de l’alcool chez le partenaire concerné permet au couple de revenir à une relation de couple mais aussi une intimité et une sexualité équivalente à celle des couples sans conflits. Là aussi, un bénéfice rapide est donc possible.

Quelques exemples

Voici quelques exemples, dans des champs différents, qui nous démontrent à quel point l’arrêt de l’alcool s’accompagne rapidement d’améliorations très sensibles. Chez les patients les plus sévères qui nécessitent un sevrage institutionnel, on a l’habitude de dire qu’après 10 jours d’abstinence, ils se sentiront avoir 10 ans de moins. Et c’est ce qui se produit le plus souvent, avec un visage rajeuni, une silhouette qui traduit plus de dynamisme. Surtout il faut insister sur le fait que non seulement les patients le ressentent, mais qu’en plus cela est perçu par leurs amis et leur famille :

« Tout le monde me dit que j’ai meilleure mine » 

« Ça fait longtemps que je ne t’avais pas vu avec une telle forme »

« Tu as une sacrée pêche ces temps-ci ».

Si vous être parvenu à stopper votre consommation durant ce mois de janvier, il y a fort à parier que vous avez entendu ce genre de compliment élogieux.

Qu’est-ce que cela implique ?

Vous allez mieux et vous allez continuer à vous améliorer pendant encore quelques semaines ou voire quelques mois. Donc, votre mission est simple : il faut vous appuyer sur ces bénéfices pour vous donner le courage de continuer vos efforts.

Pour ceux qui ne souhaitaient pas être totalement abstinent, allez vers une consommation la plus basse possible et vous ressentirez aussi les changements bénéfiques que nous avons évoqué… et probablement bien d’autres car ce texte n’a pas vocation à être exhaustif.

Pour ceux qui n’ont pas eu la chance de remplir les objectifs qu’ils s’étaient fixés pour janvier, la suite est claire : il faut se venger sur février ! Chaque mois de l’année est une opportunité de mois sobre.

Il existe une petite maxime dont il faut de temps en temps se souvenir : lorsque le plan A ne marche pas, ce n’est pas dramatique… il reste encore 25 lettres dans l’alphabet !

Catégories
Alcool

ON SE PRÉPARE À FAIRE LA FÊTE !

Après la période des fêtes de fin d’année, nous voyons en consultation de nombreux patients qui étaient abstinents et qui ont rechuté pendant cette période. Il s’agit bien sûr d’une période à risque, même si cette année va (malheureusement) rendre les échanges festifs plus difficiles et peut-être ainsi diminuer les risques de re-alcoolisation.

Quoiqu’il en soit, c’est le bon moment de se remémorer quelques conseils de base. Ces conseils sont donnés par les soignants aux patients mais aussi souvent expliqués par les patients à leurs soignants (échange de bons procédés !). Vous avez probablement plein d’autres tours dans votre sac. Voilà l’occasion de vous en rappeler.

1°) COMMENT SE PRÉPARER AUX FÊTES DE FIN D’ANNÉE? 

Tout d’abord, il est important d’anticiper comment se comporter pendant les soirées de fêtes. Chaque personne abstinente sait généralement comment faire pour ne pas boire à condition de se préparer en amont. 

Il faut par exemple fignoler sa « phrase-type » pour refuser un verre d’alcool, et bien la répéter pour être capable de la dire de façon naturelle et réflexe. Même si nous devrions être en petit comité cette année, il n’est pas impossible de s’entendre dire quelque chose dans le style de: « ben, tu ne bois rien ? » « Ce soir, c’est pas pareil ! » « Pour une fois, ça ne peut pas faire de mal ! ».

Il faut être prêt à répondre du tac au tac, naturellement et sans la moindre gêne. Si vous vous sentez encore un peu fragile : répétez comme les grands acteurs.

Vous pouvez aussi amener des boissons sans alcool pour pouvoir faire la fête, afin de boire ce que vous aimez, sans prendre de risque. Il faut surtout éviter les soirées traquenards au cours desquelles il est quasiment impossible de ne pas boire.

Il peut être utile enfin de pouvoir anticiper les conséquences de son comportement : c’est-à-dire de ressentir par avance la fierté d’avoir passé ce moment délicat sans re-consommer ; ou au contraire la déception d’avoir craqué. 

2°) COMMENT BIEN GÉRER SA SOIRÉE ?

Il faut se dire que ce n’est pas plus dur qu’un autre soir. Vous avez déjà tenu et vous savez donc comment gérer.

Si vous êtes tenté pendant la soirée, n’oubliez pas qu’une envie, ça passe vite. Surtout, pensez à quel point vous serez heureux le lendemain matin. Vous vous direz alors, avec fierté, que vous avez super bien géré votre Noël ou votre jour de l’an !

Il faut être sûr de soi avec un verre d’eau pétillante ou de boisson non alcoolisée à la main : ce n’est pas une tare de ne pas boire d’alcool. Il n’y a donc aucune raison de se sentir mal à l’aise ou complètement inadapté.  

3°) QUE FAIRE APRÈS ?

En cas de consommation, il est indispensable de revenir immédiatement à l’abstinence. Par exemple, en cas de re-consommation à Noël, il ne faut surtout pas remettre ça au jour de l’an. Surtout ne pas se leurrer, la première re-consommation se passe souvent bien. On peut volontiers se dire : « en fait, j’ai géré, je n’ai bu que 2 verres ». Attention, c’est un leurre et ça se dégrade très vite après. Donc il faut un retour immédiat à zéro, mais restez optimiste : si on est vigilant, un coup de canif dans le contrat n’est pas égal à une rechute. 

Au moindre doute, contacter un soignant et, si possible, faites-vous aider par des proches. Trop souvent, les patients n’osent pas revenir en consultation : ils attendent que « ça aille mieux ». C’est une très mauvaise idée. Il faut consulter au moindre doute. Ne ressentez pas de honte et n’ayez pas la crainte de déranger.

Voilà quelques pistes de réflexion pour vous aider dont certaines ont été soufflées par des patients heureux de leur abstinence.

Catégories
Alcool Traitements

« JANVIER SOBRE » OU COMMENT PROPOSER DES OBJECTIFS POUR TOUS

En réponse à un texte précédent, un lecteur a souhaité insister sur l’intérêt de l’abstinence : « la solution, c’est l’abstinence totale ». Ce correspondant en est à plus de 30 ans d’abstinence ce qui démontre la qualité de sa démarche. Toutefois, ce qui a été indispensable pour lui, ne l’est pas forcément pour tout le monde. En effet, l’abstinence est souvent la solution pour des patients ayant une forte dépendance et qui ne peuvent pas contrôler leur consommation au long cours. Préciser « au long cours » n’est pas anodin, car parvenir à gérer sa consommation pendant quelques semaines pour être dépassé ensuite, ne définit pas un contrôle de sa consommation. 

Les patients très dépendants n’ayant d’autre choix que l’abstinence ne représentent toutefois pas la majorité des consommateurs excessifs d’alcool. Le gros de la troupe est composé de personnes qui peuvent simplement avoir de mauvaises habitudes, ou qui évoluent dans un milieu où la consommation moyenne est élevée, ou qui ne rendent pas compte qu’elles consomment trop. L’abstinence totale n’est pas un objectif réaliste pour ces personnes, mais cela ne signifie pas pour autant qu’il ne faut pas les aider.

C’est pour cela que depuis quelques années les sociétés savantes françaises et européennes ont inclus la diminution de consommation dans les stratégies de prise en charge. Il s’agit d’une modalité qui NE REMPLACE PAS l’abstinence, mais représente UNE MODALITÉ SUPPLÉMENTAIRE. Le but est d’aider le plus grand nombre avec des traitements adaptés à chacun. Pour information, vous trouverez un questionnaire de dépendance proposé par l’OMS. Il faut, pour être considéré comme patient dépendant, répondre positivement à au moins 3 questions.

Le texte qui a fait réagir le lecteur insistait sur le fait qu’une consommation élevée est toujours toxique, même chez quelqu’un qui n’est pas dépendant. Si les risques sont comparables, par contre les propositions de prise en charge peuvent différer en ces deux groupes. 

Généralement, l’abstinence totale est proposée en cas de dépendance sévère. Une proposition de réduction est par contre tout à fait adaptée en l’absence de dépendance.  

Même si le concept de réduction de consommation est actuellement admis, on peut comprendre qu’il puisse choquer certains patients dépendants qui n’ont retrouvé une vie satisfaisante qu’en stoppant totalement leur consommation. Cela amène tout naturellement à citer le projet de « Janvier Sobre » qui recouvre une action de santé publique mais qui correspond aussi au nom d’une association JanvierSobre.fr. 

Leur proposition d’action pour le mois de janvier 2021 est tout à fait intéressante puisqu’elle s’adresse à tous les types de consommateurs. 

L’association propose de « relever le défi dès le 1er janvier 2021 de façon ludique, collective et de profiter de ce mois sobre pour contrôler sa consommation ». Elle propose de « rester dans l’alcool plaisir en limitant ses dangers par le choix d’une consommation responsable, à moindre risque : boire moins et mieux ». 

Pour ceux qui ne le connaissent pas, allez visiter ce site qui donne des conseils adaptés à tous, qui insiste sur les risques de faire un sevrage seul, « sauvage », et qui alerte sur les symptômes de sevrage qui doivent inquiéter. 

Ce qui remarquable, outre les conseils donnés, c’est que les membres qui s’identifient dans le site, se présentent comme « malade alcoolique-abstinent ». Il s’agit donc de patients qui ont dû se résoudre à accepter une abstinence totale et définitive pour s’en sortir. Pourtant, ils n’hésitent pas à proposer une stratégie de réduction de consommation. Cela s’explique par le fait qu’ils souhaitent mener une action de santé publique à destination du plus grand nombre. Merci pour ce message altruisme qui veut s’adresser à tous les consommateurs !

On sent aussi à travers les textes de « Janvier Sobre », que ses membres ont intégré les approches par paliers qui sont une des bases les plus importantes du soin alcoologique… et dont nous parlerons prochainement.

Annexe:

Questionnaire de dépendance proposé par l’OMS. 

Pour un diagnostic de certitude, au moins 3 des manifestations suivantes doivent habituellement avoir été présentes en même temps au cours de la dernière année : 

1. désir puissant ou compulsif de consommer de l’alcool 

2. difficultés à contrôler la consommation d’alcool

3. syndrome de sevrage physiologique quand le sujet diminue ou arrête la consommation d’alcool (syndrome de sevrage caractéristique ou consommation d’alcool pour soulager ou éviter les symptômes de sevrage) 

4. mise en évidence d’une tolérance aux effets de l’alcool : le sujet a besoin d’une quantité plus importante pour obtenir l’effet désiré 

5. abandon progressif d’autres sources de plaisir et d’intérêts au profit de la consommation d’alcool et augmentation du temps passé à s’en procurer, la consommer, ou récupérer de ses effets 

6. poursuite de la consommation d’alcool malgré la survenue de conséquences manifestement nocives